• .

     

     

    Tu regarde de la haut les êtres marcher sans y croire.
    Pourquoi la vie leur est si dure?
    Pourquoi n'en retenir que le moins bon?
    Se délécter des moindres sensations, des moindres sourires.
    Les redistribuer? Non. A quoi bon?

    Soyons égoïstes. Gardons ce changement bienheureux pour nous.
    Soyons des fous qui aiment la vie parce que sans elle nous ne pouvons rêver à mieux.
    Parce que sans elle nous ne connaîtrions pas tout cela.

    Aimons le temps qui passe. Le sang qui coule. Si cela en vaut la peine, je boirais la vie des autres pour vivre la mienne.

    Tant de choses à voir. Tant de choses à croire.

    Le temps ne s'écoule pas. Les heures sont fictives. Et ma main n'est pas posée sur la tienne.

    Ce n'est pas un rêve que je veux vivre. Je n'ai pas souffert pour vivre une fiction. Je veux du vrai, de la chaleur, de la sueur, des larmes de joies et une épaule pour pleurer.
    Souffrir pour être beau? Souffrir pour vivre enfin... La vie est belle. Tu es beau et tu vis. Je suis belle et je vis.

    On m'appellait sorcière. "Vipère" autrefois j'étais. Princesse dans tes bras je renaîtrais.

    Les cendres dont je viens sont rouges de mes douleurs passées.

    Et l'oiseau s'envole dans l'ambiance douce-amère de son monde désenchanté.
    Un monde pourri au coeur oui, mais qu'il ne peut voir avec son regard enfantin.

    Entend-tu le glas? Entend-tu les pleurs?

    Oui, c'est vrai ils sont là. Mais ils sont loin...


    Come on, life is short. I need you now!


  • Commentaires

    1
    Lôc
    Samedi 3 Mars 2007 à 14:43
    doux amer
    "Ce n'est pas un rêve que je veux vivre. Je n'ai pas souffert pour vivre une fiction. " Sans doute ma phrase préférée dans ce texte...En la lisant je me suis dit que c'est ce que je devrais me dire,et ce que tout le monde devrait se dire d'ailleurs,et pourtant je n'ai pas l'impression qu'il me soit possible de "renaître" et de sortir de mon monde rempli de fantasmes et de rêves que je commence tout juste à  essayer de partager.Je pense que je vais m'arrêter là  parce que ça commence à  ressembler à un carnet intime et à la base c'est de ton texte que je voulais parler! J'adore l'expression "doux-amer",j'adore l'utiliser,la lire,la voir et la goûter, tu l'as particulièrement bien placée je trouve. La seule chose que j'avoue ne pas trop aimer est la dernière phrase en anglais, elle est un peu de trop,un peu trop banale à mon goût et pas tout à fait dans le ton de ce qui la précède...(c'est juste mon avis bien entendu, je n'aime pas trop dire ce que je n'aime pas parce que je sais que c'est assez difficile de montrer ce qu'on crée et d'avoir des critiques négatives dessus...ça me met toujours mal à l'aise de "juger",j'ai l'impression que c'est un peu comme prendre les gens de haut, mais bon ce n'est pas forcément le cas...enfin bon tentons donc d'être sincère,une des qualités qui semble en voie de disaprition dans notre monde...)
    2
    Dimanche 4 Mars 2007 à 15:51
    Réponse.
    Toute critique est bonne à prendre! Et je comprend ce que tu veux dire. Mais elle est mise à part volontairement cette phrase. Par le sens, par la couleur, et les lignes sautées. C'est une sorte de message personnel glissé comme si de rien n'était. Mais, elle a tout de même un rapport avec le reste. Si je n'étais pas "revenue de mes cendres" je ne pourrais pas dire cela aujourd'hui... Quand au fait que l'on se connaisse, je ne suis pas bête, rassure toi. Même s'il y avait le doute qu'il s'agisse d'une personne du même nom. Je n'ai aucune raison de ne pas te donner mon e-mail, mais je ne peux pas la laisser en commentaire. Alors, au pire, demande la à une connaissance que nous avons en commun ^^
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :