• Lest. 17-10-09.


    La fille qui ne sert à rien qui ne vaut rien et à qui on se fait un plaisir jour après jour de le rappeler...

    Est-ce que c'est en insultant une personne, en lui rappelant à quel point elle est nulle qu'on l'aide à retrouver sa confiance en elle?

    Je ne sais pas.

    Secouez un prunier il en tombera des prunes mais il ne se déplacera pas.
    Prenez le sous le bras avec douceur il ira plus loin dans un meilleur cadre et donnera de meilleures prunes...

    C'est peut être nul comme métaphore... J'ai juste l'impression d'être une merde et de n'avoir le soutien et la compréhension de personne. Pourtant ça, ça m'aiderait vraiment... Ne pas me sentir seule, abandonnée ou avoir l'impression que je vais l'être si je ne bouge pas. Une menace permanente qui me tétanise ou lieu de me motiver à bouger. J'ai besoin de preuve que ce qui m'attend sera meilleur que maintenant...

    Qu'est ce qui va se passer si je trouve un travail? Je vais me tuer à la tâche pour encore avoir un patron qui ne le reconnaisse pas et me jette comme une merde, un copain à qui ca ne suffira toujours pas et pour qui je resterai la pleurnicheuse plaintive et pas sexy. Après tout quand je travaillais y'avait encore des choses à changer chez moi non? Y'en aura toujours, on ne m'aimera jamais pour ce que je suis. Jamais.

    Une fatalité. Le serpent qui se mort la queue, tout ça...

    Je suis une ratée au fond de son canapé qui fume sa cartouche, c'est comme ça qu'on me voit? Et je dois aimer ces paroles, les entendre, les avaler et les ressortir en quelque chose de positif? Donnez-moi la recette alors, je n'y arrive pas!

    Depuis qu'il est parti, une semaine, il ne m'a demandé qu'une seule fois ou j'en étais. Et j'ai préféré ne rien dire pour ne pas entacher son bonheur d'être là bas par ma vie banale et insignifiante à Saint Etienne. Et par mon silence on comprend que je n'ai rien à dire et que donc ma vie est vide de sens et que ça me convient...

    Elle l'est sans aucun doute mais ça ne me convient pas.

    Si je bosse, de toute façon ce sera dans l'objectif d'avoir de l'argent, pour une vie meilleure, mais à deux. Seule, l'argent m'importe peu.

    A deux? Mais qui? Il partira, il l'a dit.

    Il vivra à l'étranger quoiqu'il arrive et je serai contrainte de le suivre ou alors il poursuivra sa route sans moi, et sans regrets. Du genre "C'était sympa de t'avoir connu, salut!".

    Sans regret, sans remord ni état d'âme, sans scrupule, et pourtant aimant?

    Je doute tellement souvent que je m'en trouve monstrueuse.

    C'est un "je t’aime moi non plus" qui m'épuise puisque je suis la seule à prendre en compte chaque mot et que pour lui ce ne sont que des mots... Aujourd'hui on se dispute et demain il fera comme si de rien n'était en me disant « je t'aime » et tout mielleux il me rappellera de me bouger... Jusqu'à la prochaine cuite ou il le dira avec agressivité et méchanceté à nouveau.
    Le positif? Il est heureux et j’en suis heureuse. Mais moi dans tout ça je ne trouve pas ma place, à se demander si j'en ai une. Relation dominant/dominé épuisante. Toujours la compétition, les comparaisons... Et ses paroles sont censées me motiver à bouger....

    Je ne trouve pas mon but, je ne trouve pas ma raison de vivre en dehors de lui, de nous. Moi, seule, je ne suis rien. Et c'est malheureusement et indubitablement réaliste.

    Je pense chaque jour à arrêter de fumer mais les fumeurs le diront: c’est plus facile à dire qu'à faire, et je suis tellement inquiète et triste par ce départ et cette absence que ça rend les choses encore plus compliquées...

    Je n'ai pas pu en placer une, raconter ma journée, que j'étais allé manger chez ma grand mère, que Maël m'avait installé mes étagères et mes tableaux, qu'on avait parlé de sa crémaillère (ah oui ça non plus l'autre jour je n'ai pas pu le dire), que moi même j'avais organisé une soirée de mon côté parce que j'ai besoin de voir du monde et que discuter avec eux me remotive toujours un peu à sortir. Il ne me laisse pas lui dire, bavard de toutes ses expériences islandaises, ne me demandant jamais ou j'en suis. Il veut juste savoir si j'ai cherché du travail et si je vais arrêter la clope. Je ne vaux pas mieux que ça? Mon mental, mes sentiments, cette dépression dont je n'arrive pas à me sortir... Tout ça on s'en fiche tant que monsieur est heureux. Egoïste et égocentrique sans intérêt pour le reste du monde.

    Est ce que je vais devoir m'imposer toute ma vie d'être l'ombre d’un pseudo aventurier, de bosser dans le seul but de s'offrir (t'offrir) des voyages. Sans devoir penser à ce qu'un vrai couple pense, quand on est amoureux l'un de l'autre?
    Vaivre ensemble, faire des enfants, les élever, être égoïste à deux, pour une fois...

    Gros coup de gueule bien qu'au fond je sois très contente pour lui qu'il réalise enfin son rêve...
    Peut être une lueur d'espoir pour celui qui croit que j'ai perdu toute confiance en moi: regarde je m'inquiète de mon sort!

    Je n'avais plus envie d'écrire depuis longtemps, et voilà que ce soir il m'accuse de ne pas l'aimer parce que je n'arrête pas de fumer et parce que je ne trouve pas de travail. Comme si je devais faire ça pour lui, pour lui faire plaisir, pour qu'il soit tranquille. Pour ne plus le déranger avec la fumée, et pour ne plus avoir à subir mes plaintes concernant ma situation professionnelle (ou plutôt mon absence de situation).

    C'est sur qu'arrêter de fumer en claquant des doigts y'a rien de plus simple! Et puis trouver du boulot, tout le monde sait qu'en ce moment y'a rien de plus facile surtout avec un baccalauréat en poche et un examen raté.

    Ah oui j'oubliais, je cumule les petits bobos, migraines à gogo, dyspareunie (ce qui évidemment apparaît comme étant de ma faute!) Je ne parlerai pas de mon "père" qui envoi ma mère au tribunal et remet tout en cause y compris ma naissance... Ni de la tentative de viol que j'ai subis il y a 15 ans et qui me hante toujours.

    Ce n'est pas que j'aime me plaindre c'est que je pense avoir de quoi et je continuerai à crier tant que personne ne semblera m'entendre...

    ©


  • Commentaires

    1
    Cindy
    Mardi 3 Mai 2011 à 00:16
    ton article
    Et dire que je croyais etre seule... seul et impuissante face au présent , au blessure du passé et à l'incertitude du futur..jaurai aimé pouvoir te parler car je crois quon aurai eu bocou de chose a se dire vraimen.. mon nom c'est simonnet cindy si tu veu un jour me parler via facebook je t'atend en esperan que tout sarrange pour toi..
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :